Services offerts

Qu’est-ce que le coaching?

L’approche du coaching est déjà largement utilisée à travers le monde, en particulier auprès des entrepreneurs. Elle consiste à aider le client à se fixer des objectifs et des échéanciers clairs et réalistes pour ensuite l’accompagner, tel un coach sportif, à travers les différentes étapes menant à l’atteinte de son but. Le coach ne travaille pas sur les problèmes, mais sur les solutions. Il accompagne sans faire à la place, il motive et encourage son client à rester dans l’action, le met en contact avec ses ressources intérieures et l’aide à adapter sa démarche afin d’être le plus efficace possible. Le coaching suppose l’action comme principal outil et l’application de moyens concrets.

Les services de coaching offerts chez Dimension éducative sont spécialement adaptés aux besoins des enfants et de la famille.

Les types de coaching

Champs d’interventions

Coaching familial

Ce service est dispensé par l’équipe d’intervenants qualifiés et expérimentés de SOSNANCY . Aussi appelé coaching parental, cette approche éducative propose une intervention qualifiée et professionnelle, à domicile. En toute simplicité, l’intervenant de l’équipe SOSNANCY s’intègre dans le quotidien des familles aux moments les plus problématiques, observe la situation et, à la façon d’un entraîneur sportif, aide les parents à ajuster leurs actions afin d’être plus efficaces et de maximiser le développement pychoaffectif de leurs enfants. Le coach aide les membres de la famille à mieux comprendre les problématiques puis à se fixer des objectifs réalistes. Ensuite, à l’aide de trucs et d’exercices pratiques, il les accompagne vers l’atteinte d’une dynamique familiale plus harmonieuse.

Mais, comme le plus difficile reste de maintenir les acquis, le coach restera en soutien pendant quelque temps afin d’épauler la famille. Au besoin, la famille peut l’appeler ou lui écrire afin de recevoir un conseil ou une aide ponctuelle. Il est également possible de planifier une rencontre afin de revoir les outils proposés et ainsi se recentrer sur les objectifs.

Rôle du coach familial et fonctionnement des rencontres

Évaluer et comprendre

Une première rencontre d’évaluation permet de bien cibler les problèmes à travailler et les objectifs de chacun. L’intervenant pose les bonnes questions et émet quelques hypothèses afin de comprendre et expliquer les comportements de l’enfant. Cette rencontre a généralement lieu à la maison, en présence de tous les membres de la famille, afin que parents et enfants soient plus naturels et que l’intervenant se fasse une idée du tempérament de chacun et des caractéristiques du milieu de vie.

Il faut prévoir une heure trente pour cette rencontre. La durée des autres rencontres sera déterminée avec vous mais, compte tenu de la nature des interventions, la durée idéale est généralement d’une heure trente, sauf pour l’observation, dont on ajuste la durée selon le cas.

Observer

À travers les rencontres ou en s’intégrant dans un moment du quotidien de la famille, l’intervenant a pour tâche d’observer l’enfant et ses parents dans leur contexte naturel afin de « sentir » la réalité familiale et les modes relationnels (comment on entre en relation, comment on se parle et de quelle façon chacun prend sa place). Selon votre situation familiale et vos besoins, l’intervenant peut aller passer une soirée entière en votre compagnie, parfois même une journée complète, ou bien aller observer dans un moment « chaud » de la journée, comme la routine du matin, les devoirs et leçons, le repas ou le coucher. Lorsque c’est pertinent, le coach peut aussi aller observer l’enfant à l’école, au CPE ou au terrain de jeu.

Enseigner

Le coach a aussi pour rôle de proposer des stratégies très concrètes d’intervention auprès de l’enfant en fonction du problème qu’il vit, de son âge et de son tempérament. Les caractéristiques des parents et le milieu de vie sont également considérés. À travers l’observation et les rencontres de suivi, l’intervenant partage ses observations avec les parents et suggère les interventions qui lui semblent les plus appropriées. Ces suggestions sont souvent des trucs ou des stratégies d’intervention, mais aussi parfois des approches plus globales. Le coach et l’équipe parentale bâtissent donc progressivement un plan d’action présentant des moyens concrets qui peuvent aussi être présentés aux enfants si cela s’avère pertinent. Par exemple, il pourrait être question d’enseigner des stratégies à l’enfant afin de l’aider à mieux gérer sa colère et à exprimer ses émotions, alors qu’avec le parent, ce sont plutôt des stratégies de gestion de crise qui seront mises en place. Le nombre de rencontres nécessaires pour compléter le plan d’action varie selon les situations.

Coacher, entraîner

L’application des conseils fait souvent surgir de nouvelles questions. Par ailleurs, il n’est pas nécessairement suffisant de savoir quoi faire pour développer une nouvelle habitude. En fait, pour la plupart des parents, la difficulté majeure est de rester constant et rigoureux. Pour toutes ces raisons, d’autres rencontres peuvent avoir lieu au besoin, et ce, afin de faire le suivi de l’évolution de la situation, de soutenir la famille dans l’application des nouvelles façons de faire et de les « remotiver », de les recentrer sur les objectifs à atteindre ou de « ramener à l’ordre » un des membres de la famille qui reprend ses anciennes habitudes. Le nombre de rencontres de coaching et leur fréquence dépendent donc des besoins et des désirs de chaque famille.

Durée du suivi

En général, il faut prévoir entre trois et sept rencontres pour un suivi efficace. Il arrive qu’une seule rencontre soit suffisante si le problème est bénin. Toutefois, pour certaines familles qui vivent des situations plus complexes, il est possible que le suivi doive s’étendre sur une plus longue période. C’est donc à chaque famille de déterminer ses besoins. Aucun engagement n’est demandé. En tout temps, la famille est libre de cesser le suivi et, surtout, responsable de bien faire connaître ses besoins à l’intervenant. Aucun modèle d’intervention n’est obligatoire. Notre mission est de vous aider de la manière qui vous convient le mieux, en fonction de nos compétences professionnelles.

Coaching developpemental

Le coach intervient auprès des enfants ayant un retard de développement ou un trouble spécifique au plan cognitif, moteur ou langagier. Il aide l’enfant à progresser tout en respectant son rythme, ses goûts et ses capacités, et ce, tout en tenant compte des particularités de l’enfant et du plan d’intervention du spécialiste. Toujours dans le respect de l’enfant, il l’aide à se fixer des objectifs réalistes et l’accompagne dans ses difficultés. Tout au long des interventions, il aide également les parents à mieux comprendre les difficultés de leur enfant afin qu’ils soient eux aussi en mesure de l’aider.

Rôle du coach développemental et fonctionnement des rencontres

Évaluer et comprendre

Une première rencontre d’évaluation permet de bien cibler les problèmes, de prendre conscience du rapport du spécialiste, s’il y a lieu, et d’établir des objectifs réalistes. L’intervenant pose plusieurs questions qui l’aideront à bien comprendre la situation réelle de l’enfant. Cette rencontre a généralement lieu à la clinique, à la maison ou au CPE, en présence des parents. C’est lors de cette rencontre qu’on évalue la fréquence des interventions. Il faut prévoir une heure pour cette rencontre.

Observer

Tout au long des interventions, l’intervenant observe l’enfant dans ses apprentissages à l’aide de différents moyens, toujours selon les intérêts, le rythme et les capacités de l’enfant. Ainsi, il est en mesure de s’adapter au fur et à mesure en suivant le progrès de l’enfant et de réajuster les objectifs avec l’enfant et les parents.

Coacher, enseigner

Le coach développemental représente une personne de référence pour écouter, expliquer et aider à comprendre les difficultés et/ou le trouble de l’enfant. Il a aussi pour rôle d’enseigner d’autres façons d’apprendre et de fournir des outils concrets à l’enfant et aux parents, selon le problème, le mode d’apprentissage et l’âge de l’enfant. Le coach accompagne l’enfant dans ses réalisations. L’intervenant a aussi pour mandat d’offrir du soutien aux parents dans la gestion du quotidien, de leur montrer comment stimuler leur enfant à travers la routine quotidienne, etc. Il peut également assurer le suivi avec les intervenants du CPE ou de l’école quant aux objectifs et aux nouveaux outils qui ont été mis en place.

Durée du suivi

La durée du suivi est établie en fonction des difficultés et des besoins de l’enfant. Bien sûr, le but du coaching est de rendre l’enfant de plus en plus autonome. Il arrive que l’enfant ait besoin d’un suivi régulier sur une longue période en raison de la nature et de la complexité de ses difficultés. C’est donc à chaque famille de déterminer ses besoins. Aucun engagement n’est demandé. En tout temps, la famille est libre de cesser le suivi et, surtout, responsable de bien faire connaître ses besoins à l’intervenant.

Coaching académique

L’intervenant aide ses jeunes clients du primaire et du secondaire à intégrer les matières scolaires les plus problématiques pour eux. Selon les particularités du jeune et/ou selon le plan d’intervention du spécialiste, l’intervenant aide l’élève à se fixer des objectifs réalistes et, à l’aide de trucs et d’astuces, l’accompagne vers la réussite scolaire tout en respectant son rythme et son mode d’apprentissage. Tout au long des interventions, il aide également les parents à mieux comprendre les difficultés de leur enfant afin qu’ils puissent mieux l’aider. Grâce au coaching académique, on observe chez les jeunes une augmentation de la confiance en soi, une plus grande autonomie et une meilleure estime personnelle.

Rôle du coach académique et fonctionnement des rencontres

Évaluer et comprendre

Une première rencontre d’évaluation permet de bien cibler les problèmes vécus, de prendre conscience du rapport du spécialiste, s’il y a lieu, et d’établir des objectifs réalistes. L’intervenant pose plusieurs questions afin de bien comprendre la situation réelle de son jeune client, de même que ses forces et ses difficultés. Cette rencontre a généralement lieu à la clinique, en présence des parents. C’est lors de cette rencontre qu’on évalue la fréquence des interventions. Il faut prévoir une heure pour cette rencontre.

Observer

Tout au long des interventions, l’intervenant observe l’élève dans ses apprentissages à partir de différents moyens, toujours selon les intérêts du jeune. Ainsi, il est en mesure de s’adapter au fur et à mesure que l’élève fait des progrès et de réajuster les objectifs au besoin.

Coacher, enseigner

Le coach académique représente une personne de référence pour expliquer, aider à comprendre les difficultés et/ou le trouble d’apprentissage de l’enfant. Il a aussi pour rôle d’enseigner d’autres façons d’apprendre, de fournir des outils concrets à l’enfant et aux parents, selon le problème en question, le mode d’apprentissage et l’âge de l’élève. Le coach académique peut enseigner des méthodes de travail à l’élève, puis l’accompagner dans la réalisation de ses travaux longs. Il peut aussi offrir un coaching aux parents dans la gestion quotidienne des devoirs et leçons, leur démontrer comment aider leur enfant à se préparer pour un examen, etc. Il peut également assurer le suivi avec les intervenants de l’école quant aux objectifs et aux nouveaux outils qui ont été mis en place.

Durée du suivi

La durée du suivi est établie en fonction des difficultés et des besoins de l’enfant. Bien sûr, le but du coaching est de rendre l’enfant de plus en plus autonome dans la gestion de son parcours scolaire. Il arrive toutefois qu’une seule rencontre soit nécessaire lorsque le problème est bénin. Dans d’autres circonstances, il est possible que l’enfant ait besoin d’un suivi régulier sur une longue période en raison de la nature et de la complexité de ses difficultés. C’est donc à chaque famille de déterminer ses besoins. Aucun engagement n’est demandé. En tout temps, la famille est libre de cesser le suivi et, surtout, responsable de faire connaître ses besoins à l’intervenant.

Coaching auprès d’individus (de 0 à 99 ans) présentant  un trouble du spectre autistique (TSA/TED)

L’intervenant se déplace dans les milieux naturels de l’individu vivant avec un TSA (ou TED), l’observe dans son environnement naturel tout en échangeant avec les parents et les intervenants. Il guide les parents et les intervenants et les aide à ajuster leurs actions afin d’être plus efficaces avec l’individu vivant avec un TED et ainsi mieux le comprendre. Il fait la « lecture » de la personne vivant avec un TED pour être en mesure par la suite de l’aider, lui et les membres de la famille, à se fixer des objectifs réalistes et à mettre en place les outils nécessaires à son épanouissement. À l’aide d’interventions précises, basées sur la structure cognitive de la personne vivant avec un TED, de trucs et d’exercices pratiques, il accompagne la personne ainsi que sa famille vers l’atteinte d’une dynamique familiale plus harmonieuse.

Cependant, comme le plus difficile est de faire face aux nouvelles situations quotidiennes et aux imprévus de la vie, le coach demeurera en soutien le temps nécessaire afin d’épauler l’individu ainsi que sa famille et les intervenants qui l’entourent. Au besoin, ils peuvent l’appeler ou lui écrire afin de recevoir un conseil ou une aide ponctuelle. Ils peuvent également planifier une rencontre afin de revoir les outils proposés et/ou mettre en place de nouveaux outils si nécessaire.

Rôle du coach auprès d’individus (de 0 à 99 ans) présentant un trouble du spectre autistique

Évaluer et comprendre

Une première rencontre d’évaluation permet de bien cibler le contexte actuel, de voir l’individu en action dans son milieu naturel, d’écouter et de comprendre la réalité de la personne (selon son âge) et/ou de sa famille et de faire une « lecture » de l’individu vivant avec un TED. L’intervenant demandera à l’individu et/ou à la famille d’écrire quelques grandes lignes sur la situation actuelle, avant la première rencontre. Par des questions ciblées, l’intervenant tentera de bien cerner la situation réelle de l’individu et de sa famille, et de donner des explications. Dès cette première rencontre, des conseils et des outils seront proposés. Cette rencontre a généralement lieu à la résidence de l’individu, en présence des parents. C’est lors de cette rencontre qu’on évalue la fréquence des interventions. Il faut prévoir deux heures pour cette rencontre. Ensuite, une deuxième rencontre d’une heure sera planifiée afin de faire part de la lecture de l’individu et de mettre en place des objectifs selon les besoins spécifiques de l’individu vivant avec un TED.

Observer

Tout au long des interventions dans le milieu naturel de l’individu, l’intervenant est continuellement en mode observation. Il peut ainsi « lire » les signes de l’individu. Bien que parfois très subtils, ces signes sont essentiels à la bonne compréhension des besoins particuliers de l’individu. Au besoin, une lecture est refaite afin de suivre les progrès de l’individu et ainsi adapter les objectifs.

Enseigner

Puisque la principale difficulté pour la personne vivant avec un TED est la communication, le coach a aussi pour rôle de donner des stratégies très concrètes d’intervention auprès de l’individu vivant avec un TED et de sa famille, en fonction de son état (degré d’intensité), de son âge, de son tempérament et en fonction des caractéristiques de ses parents et de son milieu de vie. Donc, à travers l’observation, les interventions et les rencontres de suivi, l’intervenant reflète aux parents ses observations et suggère les interventions qui lui semblent les plus appropriées. Ces suggestions sont souvent des trucs ou des stratégies d’intervention, faits en temps réel, la plupart du temps basés sur le modèle d’intervention SACCADE. Le coach, la personne TED et l’équipe parentale bâtissent donc progressivement un plan d’action à l’intérieur duquel des moyens concrets seront suggérés aux parents et à l’individu, selon le cas. Le nombre de rencontres nécessaires afin de compléter le plan d’action varie selon les besoins de la personne et de sa famille.

Coacher et entraîner

Puisque lors de l’application des conseils, des questions surgissent souvent, puisqu’il n’est souvent pas suffisant de savoir quoi faire pour développer une nouvelle habitude et parce que pour tous les parents, la difficulté majeure est de rester constant et rigoureux, surtout lorsque nous ne communiquons pas de la même façon, d’autres rencontres peuvent avoir lieu au besoin. Celles-ci permettent de faire le suivi de l’évolution de la situation, de soutenir l’individu et sa famille dans l’application des nouvelles façons de faire et de les « remotiver », de les recentrer sur les objectifs. Le nombre de rencontres de coaching et leur fréquence dépendent des besoins et des désirs de chaque famille.

Durée du suivi

La durée du suivi est établie en fonction des difficultés et des besoins de l’individu, de sa famille et des intervenants qui l’entourent. Bien sûr, le but du coaching est de guider l’individu vers une plus grande autonomie. Il arrive toutefois qu’une seule rencontre soit nécessaire lorsque le problème est bénin. Dans d’autres contextes, l’individu et sa famille ont besoin d’un suivi régulier sur une longue période en raison de la nature et de la complexité des difficultés de la personne. C’est donc à chaque famille de déterminer ses besoins. Aucun engagement n’est demandé. En tout temps, la famille est libre de cesser le suivi et, surtout, responsable de faire connaître ses besoins à l’intervenant.

Coaching professionnel

Destiné aux éducateurs des services de garde ou des CPE, aux enseignants des écoles publiques et privées et aux intervenants des organismes communautaires, le coaching professionnel consiste à soutenir le professionnel dans sa pratique afin de lui fournir de nouveaux outils ou une analyse différente de la situation. Le coach se déplace dans le milieu, observe, puis suggère un plan d’action aux intervenants et à la direction, selon le cas. Il est aussi possible de prévoir des périodes d’accompagnement où le coach viendra en soutien à l’intervenant afin de l’aider à mettre en place le plan d’action. Les organisations font généralement appel au coaching professionnel dans les situations suivantes:

  • Besoin d’observer un enfant qui présente des besoins particuliers afin d’établir un nouveau plan d’intervention et de tenter une nouvelle approche.
  • Besoin d’observer un groupe qui présente un problème ou une dynamique particulière pour ensuite préparer un plan d’action susceptible d’améliorer le climat.
  • Besoin d’observer et soutenir un éducateur ou un enseignant afin de l’aider à développer ses aptitudes éducatives et ses habiletés à animer un groupe ou à encadrer des enfants présentant des problématiques particulières (par exemple : soutien à l’intervention auprès d’un enfant vivant avec un TDA/H).
  • Besoin de soutien afin de développer un projet éducatif destiné aux enfants ou aux parents.

Formation aux intervenants portant sur différentes situations problématiques ou stratégies d’intervention. Ces formations peuvent être suivies de rencontres de coaching avec les participants. Par exemple, lorsque la formation sur la discipline positive est offerte à des éducatrices en milieu familial, le coach peut revenir un mois plus tard afin de passer une demi-journée dans chaque milieu pour aider les éducatrices à parfaire leur approche auprès des enfants.

Avec l’enfant

  • Affirmation de soi (se défendre sans violence, quand ignorer ceux qui se moquent de moi, quand et comment me fâcher, quand dois-je avertir l’adulte, etc.);
  • Stratégies de résolution de conflits;
  • Exercices, jeux et mises en situation afin de s’entraîner à la gestion des conflits;
  • Gestion et expression des émotions;
  • Habiletés de prise de contact ou comment se faire des amis (regarder, sourire, me présenter, etc.);
  • Comment garder mes amis (écouter, proposer des idées, partager mes jeux, ne pas toujours décider, etc.).

Avec les parents

  • Donner des outils aux parents afin qu’ils réinvestissent les éléments vus avec l’enfant (mises en situation, jeux, etc.);
  • Évaluer les comportements sur lesquels ils peuvent intervenir à la maison afin d’aider l’enfant à développer ses habiletés sociales et sa capacité à s’affirmer sainement;
  • Suggérer des interventions à poser lors de situations de conflits avec la fratrie ou les pairs.

Avec l’école ou en milieu de garde

  • Observation si c’est pertinent;
  • Discussions avec les intervenants qui entourent l’enfant;
  • Mise en place d’un plan d’intervention afin d’assurer la continuité avec le travail à la maison.

Avec les enfants

  • Explication des différents rôles des parents; pourquoi ils doivent énoncer des règles et dire non;
  • Participation à l’établissement des règles et routines (selon l’âge);
  • Anxiété : reconnaître les symptômes et les contrôler;
  • Gestion des émotions;
  • Communication : communiquer efficacement avec ses parents, sa fratrie et les pairs;
  • Jeux et exercices afin de développer la tolérance à la frustration et la capacité de gérer la jalousie et la rivalité fraternelle;
  • Relations amoureuses.

Avec les parents

  • Clarification des valeurs, des routines et des règles de la maison. Stratégies d’intervention pour les faire appliquer (par exemple : que peut-on exiger d’un enfant à l’heure des repas, que faire quand il pose certains comportements, que faire lorsqu’il s’oppose davantage?);
  • Gestion et encadrement des moments difficiles : dodo, repas, devoirs, etc.;
  • Trucs et stratégies pour susciter la collaboration de l’enfant et éviter l’escalade de l’agressivité et des comportements d’opposition;
  • Travail sur les relations familiales (éviter la rivalité fraternelle, avoir du plaisir, renforcer le lien d’attachement, assainir la communication, etc.);
  • Interventions adaptées au tempérament de mon enfant;
  • Cohésion parentale : faire équipe malgré nos différents styles d’intervention.

Avec l’école ou en milieu de garde

  • Observation de l’enfant si c’est pertinent;
  • Discussion avec les divers intervenants;
  • Mise en place d’un plan d’intervention afin de faire la continuité avec le travail à la maison.

Avec les enfants

  • Favoriser l’expression des émotions suscitées par la recomposition et des attentes des enfants par rapport aux parents et à la fratrie;
  • Participation à l’élaboration des règles de la nouvelle famille;
  • Communication et gestion des conflits;
  • Place et rôle de chacun dans la nouvelle famille.

Avec les parents

  • Étapes de la recomposition familiale : prévoir et s’adapter aux réactions de chacun, pièges à éviter, etc.;
  • Consolidation de la nouvelle« équipe parentale »;
  • Établissement des règles et des routines de la nouvelle famille;
  • Communication et relations familiales;
  • Rôle du beau-père ou de la belle-mère : niveau d’implication dans l’encadrement des enfants de l’autre et dans les décisions le concernant, développement des relations, etc.

Avec l’enfant

  • Impacts de la colère sur les relations avec l’entourage;
  • Vocabulaire des émotions;
  • Les émotions négatives : les sentir monter et les exprimer de façon adéquate;
  • Stratégies pour se calmer, se « désamorcer » avant la crise;
  • Le retrait : pourquoi, comment et quand;
  • Processus qui régit nos réactions (perception de la situation, émotions, choix de réaction, etc.);
  • Découverte de ses « points sensibles ».

Avec les parents

  • Prévention des crises et expression adéquate des émotions;
  • Le parent comme modèle;
  • Stratégies de gestion des crises;
  • Entraînement de son enfant à la gestion des émotions;
  • Gestion de sa propre colère : cesser de crier et éviter toute forme de violence;
  • Retrait : quand, comment et pourquoi?

Avec l’enfant

  • Comprendre l’attention et la concentration;
  • Comprendre le TDA/H (selon le cas);
  • Développer un meilleur contrôle de mon attention, de mon agitation et de mon impulsivité (trucs et stratégies);
  • Trucs d’organisation (à l’école et au quotidien);
  • Jeux et exercices afin de développer la capacité d’attention et l’autocontrôle.

Avec les parents

  • Comprendre l’agitation, l’impulsivité et l’attention, comment ça fonctionne et ce qui peut causer des problèmes;
  • Comprendre le TDA/H : trouble déficitaire de l’attention avec ou sans hyperactivité (selon le cas);
  • Trucs et astuces afin de faciliter la vie au quotidien et l’organisation familiale;
  • Stratégies d’intervention avec les enfants qui ont des difficultés sur ce plan;
  • Stratégies pour développer l’attention et l’autocontrôle chez votre enfant.

Avec l’école ou en milieu de garde

  • Observation de l’enfant (si c’est pertinent);
  • Discussion avec les divers intervenants;
  • Mise en place d’un plan d’intervention afin d’assurer la continuité avec le travail à la maison.

Il est à noter que nous ne faisons pas d’évaluation du TDA/H et ne posons aucun diagnostic. Nous vous référerons au besoin.

Avec l’enfant

  • Comprendre le stress et l’anxiété et en reconnaître les symptômes;
  • Connaître les sources de stress et les déclencheurs d’anxiété chez moi;
  • Trucs de gestion de l’anxiété.

Avec les parents

  • Comprendre le stress et l’anxiété et en reconnaître les symptômes;
  • Déceler l’anxiété derrière l’opposition et les tentatives de contrôle de son enfant;
  • Les crises d’anxiété vs les crises d’opposition;
  • Stratégies d’intervention à appliquer avec un enfant anxieux;
  • Pièges à éviter;
  • Stress et rythme familial.

Avec l’enfant

  • « Lecture » de la personne vivant avec un TSA (TED);
  • Intervention basée sur le programme SACCADE, centré sur la structure cognitive de l’individu (de 0 à 99 ans);
  • Comprendre le trouble du spectre autistique et son fonctionnement;
  • Mettre en place des stratégies;
  • Apprendre à vivre avec son état – trucs et astuces, prévoir les crises, la désorganisation;
  • Trucs d’organisation;
  • Approche individualisée adaptée au rythme de l’enfant.

Avec les parents, les frères et sœurs, la parenté

  • Comprendre le trouble du spectre autistique (trouble envahissant du développement);
  • Comprendre les comportements de l’individu;
  • Vivre au quotidien avec un enfant ayant un TSA (TED);
  • Observation de l’enfant dans son milieu naturel;
  • Établir les besoins particuliers de l’enfant;
  • Établir les priorités;
  • Outiller les parents afin de développer leurs compétences dans la stimulation de leur enfant;
  • Mettre en place des stratégies pour l’enfant;
  • Mettre en place des outils pour l’enfant – outils conceptuels (SACCADE), TEACCH;
  • Organiser l’environnement;
  • Pièges à éviter.

Avec l’école, en milieu de garde ou au travail

  • Observation de l’individu vivant avec un TSA (ou TED, de 0 à 99 ans) dans son milieu naturel;
  • Discussion avec les divers intervenants;
  • Mise en place d’un plan d’intervention afin d’assurer la continuité avec le travail à la maison;
  • Mettre en place des stratégies pour l’enfant;
  • Mettre en place des outils pour l’enfant – outils conceptuels (SACCADE), TEACCH;
  • Organiser l’environnement;
  • Stimulation sur place;
  • Outiller les intervenants;
  • Pièges à éviter.

Avec l’enfant

  • Stimulation de l’enfant (motricité, aptitudes cognitives, attention/concentration) à partir du plan d’intervention du spécialiste;
  • Approche individualisée adaptée au rythme de l’enfant, à ses intérêts et à son âge.

Avec les parents

  • Outiller les parents afin de développer leurs compétences dans la stimulation de leur enfant. Regarder avec le parent, à partir des jeux qu’il a et dans le quotidien, comment il peut stimuler son enfant (à partir du PI du spécialiste s’il y a lieu). Modeling et accompagnement fait au domicile et/ou à la garderie;
  • Mieux comprendre les difficultés de l’enfant;
  • Pièges à éviter.

Avec le milieu de garde ou l’école

  • Observation de l’enfant (si c’est pertinent);
  • Discussion avec les divers intervenants;
  • Mise en place d’un plan d’intervention afin de faire la continuité avec le travail à la maison;
  • Stimulation de l’enfant sur place.

Avec l’enfant

  • Stimulation de l’enfant à partir du plan d’intervention du spécialiste;
  • Approche individualisée adaptée au rythme de l’enfant, à ses intérêts et à son âge.

Avec les parents

  • Outiller les parents afin de développer leurs compétences dans la stimulation du langage de leurs enfants. Regarder avec le parent, à partir des jeux qu’il a et dans le quotidien, comment il peut stimuler son enfant (à partir du PI du spécialiste s’il y a lieu). Modeling et accompagnement fait au domicile et/ou à la garderie.

Avec le milieu de garde ou l’école

  • Observation de l’enfant (si c’est pertinent);
  • Discussion avec les divers intervenants;
  • Mise en place d’un plan d’intervention afin d’assurer la continuité avec le travail à la maison;
  • Stimulation de l’enfant sur place.

Avec l’enfant

  • Révision des notions académiques en prévision d’un examen;
  • Outiller l’enfant selon son mode d’apprentissage, lui enseigner d’autres façons d’apprendre (à partir du plan d’intervention du spécialiste s’il y a lieu);
  • Outiller l’enfant afin qu’il arrive à mieux s’organiser pour effectuer ses travaux scolaires et pour se préparer à ses examens : la gestion du temps, l’agenda, etc.;
  • Revoir des notions académiques qui n’ont pas été comprises;
  • Aide aux devoirs;
  • Approche individualisée adaptée au rythme de l’enfant, à ses intérêts et à son âge.

Avec le parent

  • Outiller les parents afin de venir en aide à l’enfant;
  • Mieux comprendre les difficultés de l’enfant;
  • Stratégies d’intervention avec les enfants qui ont des difficultés sur ce plan;
  • Trucs et astuces afin de faciliter la vie au quotidien et l’organisation familiale.

Avec l’école ou le milieu de garde

  • Assister à la réalisation du plan d’intervention;
  • Observation de l’enfant (si c’est pertinent);
  • Discussion avec les divers intervenants;
  • Travailler avec l’enfant sur place.